CEVA / S'INFORMER / SCIENCES & TECHNIQUES / Veille BRITTA VALORIAL - Fiches ALGUES / Algues-25-2011



Algues-25-2011

FABRICATION DE PAPIER A PARTIR DE FIBRES D’ALGUES ROUGES

Les algues rouges de type Gelidium ont été préparées pour obtenir des fibres utilisables dans la formulation des papiers à la place des fibres de bois. Elles ont permis d’obtenir des papiers d’une opacité supérieure grâce à la géométrie des fibres, dont l’épaisseur très fine leur confère une grande surface spécifique à l’origine de ces propriétés. Une gamme de papier de qualité supérieure, en particulier pour l’impression, a été obtenue.

Avis du CEVA :  les auteurs présentent une utilisation des fIbres d ‘algues rouges après extraction de I ‘agar pour la fabrication de papiers. Les résultats montrent un intérêt technique évident qui permet d’envisager des papiers haut de gamine pour l‘impression. Cette partie des algues à colloïdes est rarement valorisée que ce soit dans la fabrication des alginates, de l’agar ou des carraghénanes. L ‘utilisation de ces coproduits d’extraction pour réaliser des papiers apporterait un gain économique appréciable à cette industrie. Le concept peut se généraliser à d’autres types d’algues, comme les algues vertes.

Source :  SEO Y. B., LEE Y. W., LEE C. H., LEE M. W. (2010). Optical Properties of Red Algae Fibers. Industrial & Engineering Chernistry Research , 49, (20), 9830-9833.

Les algues sont connues pour leur richesse en polysaccharides dont la majorité entre dans la composition des parois cellulaires. On distingue ceux présents dans l’espace pariétal qui sont en général extractibles de ceux qui sont constitutifs de la paroi comme La cellulose ou les hémi celluloses. Dans les algues rouges de type Gelidium, les polysaccharides extractibles sont des agars communément utilisés en applications commerciales comme texturants. Les résidus d’extraction sont riches en composés organiques insolubles dans lesquels la fraction cellulosique peut être importante. Elle est peu valorisée économiquement. Les auteurs dc cette étude ont investigué le potentiel des fibres cellulosiques de Gelidium dans la fabrication de papier. Elles se substituent alors aux fibres de pulpe de bois communément utilisées. Les algues sont traitées fraîches, sans séchage, par une première étape visant à extraire l’agar soluble. La partie insoluble est ensuite blanchie au peroxyde et à l’hypochlorite. Les fibres préparées sont intégrées dans des formulations papier. Aux fibres de pulpe de bois, des ajouts de carbonate de calcium sont réalisés en différentes proportions afin d’augmenter l’opacité du papier. Des fibres de cotons sont aussi utilisées en comparaison. Elles entrent dans la composition des papiers monnaies de grande opacité. Des mélanges entre fibres de bois et fibres d’algues sont aussi testés avec différentes proportions.  Les résultats montrent que les papiers à base de fibres d’algues sont plus opaques et ont une résistance à la déchirure supérieure à ceux composés de pulpe de bois. Leur plus grande surface spécifique est probablement à l’origine de ces propriétés améliorées, en particulier pour l’opacité. En effet, les fibres d’algues sont très fines (2 à 4 micron) pour une longueur de 500 à 800 microns. Cela favorise le nombre de liaisons interfibres par un entrelacement plus important qu’avec des fibres larges. Ces liaisons améliorent la résistance mécanique du papier. Toutefois certaines propriétés sont dégradées comme la résistance à la déchirure humide et la diffusion de l’eau est ralentie. Pour des applications en impression, ces paramètres sont critiques. Ils sont gouvernés par la longueur des fibres qui sont plus courtes dans les algues que dans la pulpe de bois. Les auteurs concluent sur l’intérêt des papiers ayant une formulation mixte à base de fibres d’algues et de pulpe de bois pour obtenir des propriétés améliorées compensant les défauts de fibres d’algues seules, tout en gardant leurs avantages.
   

Initialement publié dans  la Veille Technologique Britta-Valorial : Algues/25-2011

Merci pour l'intérêt que vous portez à nos informations

Si vous souhaitez approfondir vos recherches, vous pouvez contacter

Nous vous souhaitons une bonne lecture du document disponible ci-dessous :

Algues-25-2011.pdf 736,67 kB