CEVA / S'INFORMER / SCIENCES & TECHNIQUES / Veille BRITTA VALORIAL - Fiches ALGUES / Algues-15-2011



Algues-15-2011

AMELIORATION DES QUALITES NUTRITIONNELLES DES EPINARDS PAR UN EXTRAIT D'ALGUE BRUNE.

 

Les algues brunes sont connues pour leur richesse en antioxydants de type flavonoïdes et autres polyphénols qui ont été particulièrement étudiés chez les fucales des eaux froides. Des compléments alimentaires sont déjà commercialisés. La consommation directe des algues pourrait être une autre voie d'accès à ces composés, mais elle n'est pas courante dans la tradition européenne. Les auteurs de cet article ont mis en évidence que la teneur en flavonoïdes des épinards, aliment plus traditionnel, pouvait être augmentée par l'apport d'un extrait d'algue au niveau des racines. Les essais ont été réalisés avec un extrait d'Ascophyllum nodosum riche en flavonoïdes et autres polyphénols.

 

Avis du CEVA :  cet article présente une amélioration de la teneur en flavonoïdes dans les feuilles d'épinards lorsqu'un extrait d'algues riche en polyphénols est appliqué sur les racines. Si elle est confirmée, cette activité pourrait ouvrir la voie à d'autres applications d'extraits d'algues brunes en agriculture. La question qui reste posée est comment des antioxydants peuvent-ils induire la production d'antioxydants sans stress oxydatif? Les autres molécules de l'extrait pourraient-elles avoir un effet, comme par exemple les polysaccharides sulfatés?

 

Source : FAN D., HODGES D. M., ZHANG J., KIRB Y C. w., JI X, LOCKE S. J., CRITCHLEY A. T., PRITHIVIRAJ B. (2011). Commercial extract of the brown seaweed Ascophyllum nodosum  enhances phenolic antioxidant content of spinach (Spinacia oleracea  L.) which protects Caenorhabditis elegans  against oxidative and thermal stress. Food Chemistry, 124, (1), 195-202.

Le stress oxydatif a été rendu responsable d'un grand nombre de maladies touchant essentiellement les pays développés. Face à la charge économique que représentent ces maladies pour chaque pays, les actions préventives se sont multipliées. Parni elles, la recherche de compositions nutritionnelles antioxydantes constitue une voie très explorée débouchant sur des compléments alimentaires ou des aliments de qualité améliorée. Les flavonoïdes, sous-ensemble des polyphénols, ont été identifiés comme des familles de molécules à fort potentiel antioxydant. Les nombreuses études qui ont porté sur leurs activités ont confirmé l'intérêt de les intégrer dans l'alimentation humaine, mais aussi animale. Des représentants de ces familles sont présents dans les algues, plus particulièrement dans les algues brunes. Ils assurent un rôle protecteur contre le stress oxydatif de l'algue, lorsque celle-ci est émergée et en plein soleil. Les polyphénols assurent aussi une fonction répulsive vis-à-vis des herbivores brouteurs d'algues. La commercialisation d'extraits riches en flavonoïdes et polyphénols issus de fucales a déjà été réalisée dans des compléments alimentaires. Toutefois, l'intégration de ces algues directement dans les rations alimentaires se heurte à l'acceptation du consommateur européen peu habitué à manger des algues comme légume.  Une autre piste consiste à améliorer les concentrations de ces composés dans les aliments' traditionnels comme les viandes et les oeufs en nourrissant les animaux avec des extraits d'algues. Les auteurs de cet article ouvrent une piste plus originale en appliquant un extrait d'algue sur des cultures d'épinards. Fabriqué à partir d'Ascopyllum nodosum, riche en flavonoïdes et autres polyphénols, son application sur les racines des plantules permet d'augmenter les teneurs de ces composés dans l'épinard. Les capacités antioxydantes des feuilles sont ainsi augmentées. Les molécules antioxydantes isolées dans les feuilles d'épinards sont celles naturellement présentes. Les molécules spécifiques des algues ne diffusent pas dans les feuilles, mais exercent une stimulation qui induit la production de ces composés. Le mécanisme est probablement hormonal de type éliciteur. Un extrait d'épinard riche en polyphénols a aussi été préparé. Il apporte une réduction notable du stress oxydatif de 30 à 50 % dans un modèle animal basé sur Caenorhabditis elegans. Les auteurs concluent sur l'originalité de cette approche qui n'avait encore jamais été décrite. Le mécanisme exact de ce phénomène reste à déterminer.
   

Initialement publié dans  la Veille Technologique Britta-Valorial : Algues/15-2011

Merci pour l'intérêt que vous portez à nos informations

Si vous souhaitez approfondir vos recherches, vous pouvez contacter

Nous vous souhaitons une bonne lecture du document disponible ci-dessous :

Algues-15-2011.pdf 136,41 kB