CEVA / S'INFORMER / SCIENCES & TECHNIQUES / Veille BRITTA VALORIAL - Fiches ALGUES / Algues-09-2011



Algues-09-2011

L'AQUACULTURE INTEGREE, PRESENTATION DU VOLET SOCIETAL DE SA DURABILITE

L'aquaculture intégrée est un concept en phase de croissance. De nombreux pilotes sont installés à travers le monde. Les Canadiens ont établi les bases du système depuis plusieurs années. Elles sont regroupées sous le terme de IMTA (Integrated MultiTrophic Aquaculture). Le principe de base consiste à éviter la monoculture et donc combiner culture d'algues et élevage de saumons ou de coquillages. Considéré comme plus durable techniquement, le concept n'avait pas encore été étudié sous l'aspect sociétal. Celui-ci est présenté dans cet article à la faveur d'un essai pilote en baie de Fundi.

Avis du CEVA: cet article présente le concept d'aquaculture intégrée combinant culture d'algues et élevage de saumons. Cette pratique est traditionnellement utilisée dans les fermes agricoles terrestres organisées en polyculture. Les déjections animales servent d'engrais aux cultures et les cultures servent en partie de nourriture aux animaux. Le principe est le même dans l'aquaculture. intégrée. La diversification réduit le risque économique ainsi que l'impact environnemental. L'approche est donc durable et, d'après cette étude, bien acceptée. Il est à noter que la réglementation européenne récente sur l'aquaculture biologique encourage fortement l'approche intégrée: algues et animaux.

Source :  BARRINGTON K, RlDLER N., CHOPIN T., ROBINSON S., ROBINSON B. (2010). Social aspects of the sustainability of integrated multi-trophic aquaculture. Aquaculture International, 18, (2),201-211.

   

L'aquaculture s'est considérablement développée durant ces demi ères années: saumons, dorades, turbots, crevettes ... , sans oublier la conchyliculture traditionnelle. La recherche des rendements les plus élevés a conduit à des systèmes de monoculture sur un nombre réduit d'espèces. La concentration excessive des fermes aquacoles dans des zones limitées géographiquement a conduit à des problèmes environnementaux très sérieux. La plupart sont liés aux rejets des excrétions animales et à la dégradation des aliments non consommés. Ils conduisent à une eutrophisation du milieu autour des fermes qui stimule la production de grandes algues et d'algues microscopiques dont certaines sont toxiques. Le déséquilibre de l'écosystème s'accompagne périodiquement d'épizooties nécessitant l'emploi de traitements vétérinaires qui ne sont pas sans effets sur le milieu. Les pertes d'exploitation sont significatives et parfois l'épizootie ne peut être éradiquée, ce qui est dramatique pour l'activité commerciale. Le concept IMT A développé par les Canadiens est très simple: il consiste à intégrer la polyculture en remplacement de la monoculture. Par exemple, des cultures d'algues sont installées sur les sites d'élevage des saumons en mer. Elles tirent bénéfice des rejets riches en matières nutritives autour des cages. Leur croissance est favorisée et les molécules présentes, nitrates, ammonium, phosphates ... sont ainsi capturées dans la biomasse de l'alguc au lieu d'être dispersées dans l'environnement. Les espèces cultivées sont alimentaires. Elles ont une valeur économique. L'exploitant de la ferme valorise ainsi les rejets de son élevage de saumons en minimisant son impact sur l'environnement. Le caractère durable de cette approche apparaît naturellement. Les études montrent également des impacts bénéfiques sur le niveau sanitaire de l'élevage, réduisant le risque d'épizooties. L'acceptation sociétale du IMTA est présentée dans cet article. Elle est étudiée sur un pilote en taille réel installé dans la baie de Fundi, Canada. L'étude intègre la participation de populations riveraines, restaurateurs et consommateurs. Les résultats indiquent une très bonne acceptation par tous. L'image est positive et tout le monde pense que les produits présentent une bonne sécurité alimentaire. La réduction de l'impact environnemental est le paramètre principal de l'image. Les participants souhaiteraient disposer de ces produits en plus grande quantité sur les marchés. Près de 50 % sont prêts à payer les produits l0 % plus chers. Les auteurs concluent sur l'intérêt de développer le concept IMT A associé à un nécessaire plan de communication à grande échelle pour son acceptation par la population en remplacement de la monoculture industrielle.
   

  Initialement publié dans  la Veille Technologique Britta-Valorial : Algues/09-2011

Merci pour l'intérêt que vous portez à nos informations

Si vous souhaitez approfondir vos recherches, vous pouvez contacter

Nous vous souhaitons une bonne lecture du document disponible ci-dessous :

Algues-09-2011.pdf 205,97 kB