CEVA / S'INFORMER / SCIENCES & TECHNIQUES / Veille BRITTA VALORIAL - Fiches ALGUES / Algues-01-2011



Algues-01-2011

EFFETS DE L'ALIMENTATION EN ALGUES VERTES SUR LA CROISSANCE DES CREVETTES TIGREES

Les algues vertes filamenteuses poussent naturellement dans les bassins d'élevage des crevettes. L'espèce dominante est Chaetomorpha ligustica. Elles sont régulièrement ramassées et jetées selon les bonnes pratiques en vigueur actuellement, pour éviter les effets négatifs sur les crevettes. Les auteurs ont montré que les crevettes intègrent naturellement les algues dans leur alimentation. L'effet sur les juvéniles non seulement n'était pas négatif, mais au contraire améliorait leur développement. Ils rapprochent ces résultats de l'observation faite sur les crevettes sauvages de la même espèce dont les stades juvéniles sont présents majoritairement dans les zones riches en algues vertes filamenteuses.

Avis du CEVA : cet article présente une expérimentation simple de coculture associant crevettes et algues vertes filamenteuses. Le système envisagé est simple et defaible coût. Un bénéfice net en croissance des juvéniles a été observé. Il   est aussi fort probable qu'un bénéfice sanitaire soit associé. comme cela a été observé dans d'autres élevages de ce type en co-culture.

 

Source : TSUTSUI J., KANJANAWORAKUL P., SRISAPOOME P., AUE-UMNEOY D., HAMANO K. (2010). Growth of giant tiger prawn, Penaeus monodon Fabricius , under co-culture with a discarded filamentous seaweed, Chaetomorpha ligustica (Kützing) Kützing, at an aquarium-scale. Aquacult. Inl., 18, 545-553.

Les crevettes tigrées font l'objet d'élevages intensifs dans les pays sud asiatiques. La valeur économique de cette production atteint les 400 millions de $ annuels en Thaïlande. Ces élevages sont souvent à l'origine de contamination du milieu par les aliments non utilisés et les déjections des crevettes de par les densités élevées des élevages. De nombrenses crises liées aux épizooties affectent ce secteur (virus, bactéries ... ), dont l'origine essentielle provient du caractère intensif des élevages. Afin de minimiser ces évènements, des bonnes pratiques ont été élaborées pour aider les producteurs. Parmi cellesci, le nettoyage des bassins pour enlever les algnes qui y poussent naturellement est une habitude bien établie. Elle est basée sur une croyance de compétition entre les algnes et les crevettes. Il est vrai que la décomposition de biomasses algales importantes peut entraîner des épisodes anoxiques sévères. De même, la manipulation des crevettes n'est pas tàcile en présence des algues. Toutefois, des travaux de plus en plus nombreux sont publiés sur la coculture: algues/animaux, dont la coculture algues vertes et crevettes. Les anteurs de cette étude ont mis en place une expérience en aquarium pour vérifier les effets des algues sur la croissance des crevettes. L'algne verte Chaetomorpha ligustica a été choisie pour son abondance dans les bassins et sa croissance rapide. Les algnes utilisées provenaient du nettoyage de bassins de production. Les crevettes ont été suivies du stade postlarve jusqu'à 128 jours. Leur croissance en poids a été mesurée et exprimée en TCS (taux de croissance spécifique, %).  Elles étaient nourries à satiété avec des aliments artificiels classiques riches en protéines. Les algues étaient placées dans chaque aquarium contenant les crevettes. Un témoin sans algue a été conservé. Des réplicats ont été effectués. Les résultats n'ont montré aucune mortalité de crevette supérieure à celle du lot témoin. Malgré les aliments fournis, les crevettes ont consonmlé une partie des alglles dans chaque aquarium. Les juvéniles ont grossi plus vite en présence d'algue. Leurs TCS ont atteint 4,5 %/jour (2,8 %/j sur le lot témoin). L'effet était maximum au 16,m, jour, puis diminuait jusqu'à être non significatif au 128,n" jour. L'analyse de la chlorophylle dans les fèces a montré des teneurs 20 à 50 fois supérieures dans les lots en présence d'algues par rapport au témoin. Ces valeurs confirment donc l'ingestion des algues par les crevettes, y compris à 128 jours. Les auteurs soulignent qu'à l'état sauvage, les juvéniles de crevettes se trouvent souvent dans les zones riches en algues vertes. Les adultes, par contre, changent d'habitat pour aller vers des zones plus profondes. Les bonnes pratiques d'élevage des crevettes tigrées pourraient donc changer pour conserver une partie des algues vertes poussant naturellement dans les bassins. Un bénéfice en taux de croissance serait alors possible, associé à un bénéfice envirOlmemental par captage des nutriments en excès générés par les élevages.
   

Initialement publié dans  la Veille Technologique Britta-Valorial : Algues/01-2011

Merci pour l'intérêt que vous portez à nos informations

Si vous souhaitez approfondir vos recherches, vous pouvez contacter

Nous vous souhaitons une bonne lecture du document disponible ci-dessous :

Algues-01-2011.pdf 202,53 kB